[Retour sur …] le Mini MUN du 15 novembre !

La seconde simulation du Conseil de sécurité des Nations Unies proposée par Poli’Gones et son partenaire le LyonMUN, a eu lieu ! L’objectif de cette assemblée onusienne était de débattre sur les missiles de moyennes porté. Celle-ci a rassemblé 14 pays et permis aux participants de faire leur première arme afin d’être prêt, on l’espère, pour le grand LyonMUN de mai 2019 !

Plusieurs camps se sont ainsi créés. La Chine et la Russie ainsi que la France ont opté pour garder leur arme mais arrêter la prolifération. Il s’agit ici d’une position typique de garder une puissance militaire tout en se sécurisant leur pays d’une agression extérieure. La première se souvient du démembrement de son pays par les puissances occidentales au XIXème siècle tandis que la seconde prend peur face aux déploiements de l’OTAN sur la Pologne et la Roumanie. La France, en rappelant la mesure phare de De Gaulle en 1960, l’érige en héros national face à l’envahisseur états-unien. Mais la Chine est allée plus loin en concluant sur un quota d’arme maximum a attribué par pays. En effet, 92 % de ces armes sont détenus par la Russie et les USA. A eux désormais de les réduire.

A l’inverse, l’Angleterre, un des cinq Grands disposant du droit de véto ainsi que la Suède ont opté pour une interdiction totale. La première sait la guerre mauvaise pour le commerce international tandis que la seconde se trouve pris en étau entre les anciens deux Grands. Ils ont été rejoints par des pays au rôle plus secondaire mais visible, comme le Kazakhstan ou la Bolivie.

Des débats houleux ont eu lieu entre les Etats-Unis et d’autres pays, sommé de s’expliquer sur son retrait des accords INF. De même la Pologne a littéralement aboyé sur la Russie, sommé de s’expliquer sur sa prétendue violation des traités sur les armes et la prolifération d’arme dans le pays. Ce pays limitrophe a justifié cette agressivité par sa proximité géographique avec la Russie et le passé totalitaire communiste qu’elle entretient avec l’ancien chef du bloc de l’est.

Pour conclure, ce débat, au départ porté sur des armes spécifiques s’est peu à peu déplacé vers la puissance militaire en général.

Fabien Collette.